samedi , 23 mars 2019
Accueil » Interviews » Interview du Prof. Cheick Abdoul Baldé, Vice-recteur chargé des études « Des efforts très appréciables et louables sont entrain d’être fournis à l’UGANC en dépit du contexte macro-économique difficile du pays »

Interview du Prof. Cheick Abdoul Baldé, Vice-recteur chargé des études « Des efforts très appréciables et louables sont entrain d’être fournis à l’UGANC en dépit du contexte macro-économique difficile du pays »

Prof. Cheick Abdoul Baldé, VRE

 

Dans ce numéro, la rédaction de votre magazine a rencontré pour vous le vice-recteur chargé des études afin de prendre langue avec lui. Le tout nouveau responsable des Etudes de l’UGANC a parlé avec nous un certain nombre de sujets liés à sa mission. En Exclusivité !

 

Gamal infos : Présentez-vous à nos lecteurs

Prof. Cheick Abdoul Baldé : Je suis Cheick Abdoul BALDE, PhD en Chimie, Professeur Titulaire des Universités, Vice-Recteur Chargé des Etudes de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry.

 

Votre Cursus Scolaire et Universitaire ?

J’ai fait mes études primaires dans un village appelé Kéléla, situé à environ 10 Kilomètres de Tougué-ville, le collège à Tougué Centre, le lycée à Kindia (Bamban).

 

Admis à l’examen du Baccalauréat Unique (Session 1974) suivi d’un Concours d’entrée à l’Enseignement Supérieur, je fus orienté en Chimie à la Faculté des Sciences Techniques (ENAM) de Conakry (Faculté de premier degré d’alors). A l’issu du concours d’entrée au second degré je fus admis, en Octobre 1977, en 3ème  Année à la Faculté de Chimie de l’Institut Polytechnique Gamal Abdel Nasser (IPGANC). J’en suis sorti en 1979. Après la soutenance d’un mémoire j’ai obtenu le Diplôme d’Etudes Supérieures (DES).

 

En Octobre 1988, j’ai bénéficié d’une bourse d’études post-universitaires pour l’Université d’Etat de la République Socialiste Soviétique de Tadjikistan, capitale Douchambé (ex-URSS) et j’ai soutenu ma thèse de Doctorat ès Sciences Chimiques en Novembre 1992 et obtenu ainsi mon diplôme de PhD.

 

Votre parcours administratif ?

J’ai été homologué dès la fin de mes études universitaires en 1979. J’ai commencé par être enseignant stagiaire à la Faculté des Sciences Agro-Zootechniques de Sonfonia (actuelle Université Lansana CONTE) avant d’être muté à la  Faculté des Sciences Techniques (ENAM) de Conakry après la fermeture des Facultés d’Agronomie en 1985. En Septembre 1987, j’ai été affecté au Département de Chimie de la Faculté des Sciences de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry. J’ai été nommé Chef de ce Département en Janvier 2000 et, en Décembre 2008, Vice-Doyen Chargé des Etudes de la Faculté des Sciences, poste que j’ai occupé jusqu’à ma nomination par Décret du Président de la République, en Novembre 2017, Vice-Recteur Chargé des Etudes de l’UGANC.

 

Quelle est la mission de votre service ?

Le Vice-Recteur Chargé des Etudes est, selon le Règlement Intérieur de l’UGANC en son Article 28, placé sous l’autorité du Recteur. Il est responsable de l’organisation du programme d’enseignement, du bon déroulement des activités didactiques, de l’ordre et de la discipline au sein du campus de l’Université.

Remise de matériel pour la lutte contre le VIH

A cet effet, ma mission est

  • D’organiser et superviser le perfectionnement pédagogique des Enseignants-Chercheurs et les activités de formation continue;
  • De superviser le recrutement des étudiants, l’organisation des examens et concours, les soutenances des mémoires de fin d’études;
  • De présider la Commission Pédagogique du Conseil de l’Université, de présider le Conseil de Discipline et de superviser les activités des Services Pédagogiques et de la Scolarité.

Pour m’aider à accomplir ces missions, j’ai sous mon autorité:

  • Un Assistant chargé de la Didactique ;
  • Un Assistant chargé de la Formation continue ;
  • Une Secrétaire.

 

Quel genre de rapport entretenez-vous avec les autres services ?

Avec les autres services, j’entretiens de très bons rapports de collaboration.

 

Qui sont vos partenaires ?

Quelques Entreprises Publiques et Privées, des ONG, des Universités Guinéennes et quelques Universités Etrangères sont nos partenaires.

 

Quelles sont vos difficultés ?

De façon générale, les mesures d’accompagnement du système LMD n’ont pas été mises en place.

 

L’insuffisance et la vétusté des salles de classes, amphithéâtres et laboratoires, l’insuffisance d’Enseignants de rang magistral et la dégradation de certaines salles constituent des difficultés majeures. A cela s’ajoutent les effectifs, encore, pléthoriques des étudiants dans certains programmes et l’absence de connexion au réseau Internet.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quels sont vos projets à court, moyen et long termes ?

Nous comptons à court terme, faire respecter le règlement des études de Licence et amener les acteurs à respecter le temps et la procédure de dépôt des notes afin d’écourter le délai de livraison des diplômes aux étudiants. Puis nous chercherons à améliorer la qualité des enseignements-apprentissages par le renforcement des capacités et des compétences des enseignants-chercheurs par, entre autres, la mise en place d’une bibliothèque virtuelle qui, en plus des ouvrages habituels contiendra les cours rédigés et dispensés dans notre Université.

 

Il faudra ensuite procéder à la rénovation, à l’équipement et à la maintenance de salles spécialisées dans les TIC en faveur des enseignants chercheurs et des étudiants. A moyen terme, de filières porteuses seront créées afin que l’adéquation entre la formation et les besoins de l’emploi soit effective.

 

Votre dernier mot.

Grâce à la politique d’ouverture du Président de la République et sa volonté d’améliorer la qualité des enseignements, des efforts très appréciables et louables sont entrain d’être fournis à l’UGANC en dépit du contexte macro-économique difficile du pays. Les travaux sur le Campus de Gamal illustrent mes propos. Cependant, malgré ces efforts du Gouvernement, une ligne budgétaire bien garnie devrait être ouverte pour appuyer de façon très significative la formation des formateurs. Ces jeunes assistants recrutés doivent pouvoir faire leurs études de Master et de Doctorat dans un bref délai afin de gravir les échelons des grades académiques. En attendant le Gouvernement devrait revoir la politique de mise à la retraite des Enseignants-Chercheurs de Rang magistral. Sinon, après 2020 l’Université guinéenne comptera ses Enseignants de Rang Magistral (MC et Prof) au bout des doigts d’une seule main.