samedi , 16 décembre 2017
Accueil » Actualités » Enseignement supérieur : tenue d’un séminaire international des écoles polytechniques à l’UGANC !

Enseignement supérieur : tenue d’un séminaire international des écoles polytechniques à l’UGANC !

La salle des fêtes de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry a été le cadre de la tenue d’un séminaire international des écoles polytechniques sur le thème : « Rencontre des polytechniques », du lundi 13 au jeudi 16 novembre 2017. Cette grande messe des sciences techniques a connu en présence d’éminences personnalités du monde des sciences dont, entre autres, le ministre en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé, et d’une délégation des écoles polytechniques de Paris (l’X) notamment le président, Jacques BIOT, le Directeur de l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny de Yamoussoukro, Koffi NGUESSAN, le Gouverneur de la BCRG, Dr Lounceny NABE, le Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, Dr Doussou Lancinè Traoré, des Recteurs, Directeurs des Institutions d’Enseignement Supérieur et des Directeurs des Centres de recherche, les vice-Recteurs de l’UGANC, le Directeur du CERE, Prof. Sékou Moussa Kéita, des anciens Premiers ministres, des enseignants-chercheurs, ainsi que de nombreux étudiants de l’Institut polytechnique de l’UGANC.

investire in opzioni binarie download Dans son discours de bienvenue, Dr. Doussou Lancinè Traoré, Recteur de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, a remercié le Département de l’Enseignement Supérieur pour le choix porté à son institution pour abriter ce séminaire de haut niveau. « L’ambition des universités guinéennes en général et celle de Gamal Abdel Nasser de Conakry en particulier est de mettre en place des filières d’excellence dans plusieurs domaines de formation et de recherche.», a-t-il dit.

Pour Dr Doussou Lancinè Traoré, « La présente rencontre se tient dans la perspective de la formation de nos ressources humaines pour la valorisation de nos ressources naturelles et la construction de notre économie. Pour atteindre ce but, il est indispensable de mettre en place une masse critique de cadres bien formés dans tous les domaines. Pour cela, la transformation structurelle préalable est nécessaire pour faire face aux ambitions d’émergence de notre pays si chère au Président de la République, le Prof. Alpha Condé. »

binaire optie handel

Il ajoute que c’est pour lui « C’est un grand honneur de recevoir une délégation de cette école de renommée mondiale, pour sceller une relation de partenariat qui sans nulle doute sera profitable à la jeunesse de mon pays. L’université Gamal Abdel-Nasser de Conakry accueille favorablement cette démarche au sens où elle s’applique des fondements historiques et correspond aux dynamiques d’internationalisation voulues de part et d’autre et déterminantes pour le développement. »

http://bandontour.nl/?nlq=binaire-opties-strategieën Au nom des anciens étudiants de l’UGANC, le président de l’association, l’ancien Premier ministre, Ahmed Tidiane Souaré, a souligné l’engagement de son association à soutenir cette initiative qui constitue une opportunité supplémentaire pour l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry. « Cette initiative permettra à l’université Gamal Abdel Nasser de s’évaluer et de se projeter, de s’ouvrir et de coopérer, de rénover et de s’épanouir.»

http://eren.es/?esrof=futuros-y-opciones-financieras-una-introducci%C3%B3n-limusa&128=e9 Quand à Koffi Nguessan, Directeur de l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny de Yamoussoukoro, il a plaidé en faveur d’une plus grande collaboration entre les instituts dans le cadre du renforcement des capacités de recherche. Pour cela, il a rappelé la croissance démographique rapide en Afrique. Une croissance qui ne suit pas le rythme du développement scientifique du continent. « La croissance démographique rapide et le retard dans le développement scientifique constituent des défis majeurs pour l’Afrique », a-t-il lancé, avant de s’interroger sur l’efficacité des formations et l’intégration des diplômés dans le monde du travail.

il trading con le opzioni digitali Pour sa part, Jacques BIOT, le président de l’école polytechnique de Paris (l’X), a remercié toutes les personnes qui ont rendu possible ce partenariat et a souligné en substance que : « Nous allons donc contribuer à la progression et à la mise en place d’un dispositif permettant d’identifier les étudiants les plus brillants et de les aider à s’épanouir. Nous sommes extrêmement fiers d’accueillir de plus en plus d’étudiants africains, grâce à la collaboration que nous avons pu nouer avec certains d’entre vous. Nous allons apporter notre main aux découvertes scientifiques et technologiques qui vont permettre à l’Afrique de partir sur le même pied que le Nord»

Pour le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, ce séminaire revêt une triple signification : « Il constitue une étape importante dans la mise en œuvre du mémorandum d’entente signé entre  l’UGANC et l’X, en juin 2017. Il marque ensuite la volonté de l’école polytechnique de Paris d’accompagner la Guinée dans la formation d’une élite guinéenne compétitive aux plans africain et international. Il traduit enfin la volonté du gouvernement guinéen de sortir l’enseignement supérieur et la recherche scientifique de leur isolement. »

Par ailleurs, il rassure que : « Pour notre part, nous sommes prêts à jouer notre partition, afin de promouvoir et de développer une société de savoir, construite autour d’une culture et d’un savoir-faire scientifiques et technologiques, à travers un système d’enseignement supérieur et de recherche scientifique performant et diversifié, répondant aux besoins du pays, capable d’accélérer l’émergence économiques et sociale de la Guinée et de former des citoyens compétents, déterminés à vivre ensemble dans une société démocratique. »

Pour conclure, le ministre affirme : « Je nourris l’espoir que les interventions de ces éminents chercheurs pourront susciter des vocations chez les jeunes étudiants et enseignants, et que cette rencontre des polytechniques incitera les pouvoirs publics et les entreprises à soutenir de manière conséquente la recherche scientifique et l’innovation dans notre pays. »

Cette grande rencontre d’hommes de sciences et de culture s’est poursuivie jusqu’au 16 novembre 2017 avec à la clef, des conférences par des enseignants-chercheurs ayant permis de comprendre une diversité de choses pour les uns et pour les autres pour faire

avancer la technologie en Afrique en Général, et en Guinée, particulier.