lundi , 12 novembre 2018
Accueil » Actualités » Célébration de la fête de 8 mars à l’UGANC : les femmes déterminées à jouer pleinement leurs rôles dans le développement de la nation

Célébration de la fête de 8 mars à l’UGANC : les femmes déterminées à jouer pleinement leurs rôles dans le développement de la nation

La fête internationale des femmes a été célébrée en différé dans l’auditorium de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry, le 8 Mai 2018 devant une foule nombreuse. Organisée par les femmes de l’UGANC, il y avait Monsieur le Recteur Dr Doussou Lancinè Traoré, les vice-recteurs respectivement Prof. Cheick Abdoul Baldé chargé des études et Dr Mariama Béavogui chargée de la recherche, la Secrétaire Générale, Dr Oumou Kourouma, la représente du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Mme Diallo Aissatou M’Bara, la Présidente de la MUFFA de Ratoma Mme Hadja Iliassou Diallo, celle de Kaloum,  Mme Diallo Kadiatou Barry, responsable Genre et Equité de l’UGANC et  la troupe culturelle de l’UGANC ainsi que de nombreuses étudiantes.

Tout abord, l’honneur est revenu à Mme Diallo Kadiatou Barry, responsable du service Genre et Equité de l’UGANC de prendre la parole pour camper l’évènement. Pour elle, leur rôle de relais du service Genre et Equité est un défi que leur antenne s’engage à relever avec l’appui des autorités de l’Université Gamal Abdel Nasser de Conakry à travers la collecte des données statistiques sur la mise en œuvre de l’équité dans les plans, programmes et budgets.

« Au moment où nous faisons le bilan des acquis de l’institutionnalisation du genre au sein de cette université mère de Guinée, nous nous réjouissons,  Monsieur le Ministre de votre présence parmi nous. C’est là un témoignage suffisant de l’intérêt que vous portez à notre Institution, et surtout à tout ce qui se rapporte aux questions de genre. Nous vous en sommes très reconnaissants et vous exprimons toute notre gratitude. » a-t-elle dit.

Elle a poursuivi en disant : « Ce que nous sommes entrain de faire aujourd’hui est indissociable du combat mené par les lauréats du Prix d’Excellence 2017 pour avoir montré leur talent de femmes au pouvoir et l’ont exercé pour le seul bien de leur peuple.»

Pour elle « La recherche est indispensable pour nourrir notre action pour accompagner tous les acteurs impliqués dans le combat pour l’égalité des sexes à travers la production de connaissances et de formations. C’est pourquoi l’antenne Genre et Equité de l’UGANC doit assurer la relève avec la formation de futures spécialistes de questions de genre. »

Ce fut le tour de Monsieur le Recteur, Dr Doussou Lancinè Traoré de s’adresser à l’auditoire. « L’aspect le plus important de cette cérémonie est lié au fait qu’il va nous permettre de renforcer notre capacité tant organisationnelle qu’opérationnelle. Voilà tout l’intérêt de l’UGANC à accompagner l’antenne genre et équité et l’AFFUGAN dans cette dynamique. Cette cérémonie va sans doute permettre à nos filles/femmes d’opérer un changement qualitatif dans le cadre de l’amélioration non seulement de leur niveau scientifique et de formation, ainsi que la promotion et l’intensification des liens d’amitié et la compréhension mutuelle entre elles. Pour cela, les axes de collaboration entre elles porteront essentiellement sur : la promotion de la recherche scientifique en participant à des projets de recherche communs et aux projets internationaux de coopération institutionnelle ; l’enseignement, en organisant des rencontres d’études, séminaires et de colloques, la recherche et des publications des connaissances au niveau national, régional et internationale et leur diffusion.»

Il a terminé en disant que l’antenne Genre et Equité peut considérer cette déclaration comme un engagement ferme de l’UGANC à participer grandissement, à l’épanouissement pour que sa réputation parte au-delà de notre Université.

Ensuite ce fut le tour de Mme Hadja Iliassou Diallo, Président de la MUFFA de Ratoma de faire une communication sur « Contribution de la MUFFA de Ratoma acquis et perspectives de l’autonomisation des femmes dans l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique : cas de l’UGANC. »

Dans son exposé, Dame Diallo dira : « L’UGANC à travers son antenne  genre et la MUFFA disposent de véritables atouts pour le développement d’un partenariat multiple qui pourrait contribuer considérablement à des avantages certains en faveur de l’entreprenariat émergent au niveau de la couche juvénile en initiant des groupes thématiques spécialisés ouverts aux jeunes désirant s’engager dans le renforcement des capacités de participation des femmes et jeunes dans le domaine de la gouvernance démocratique, la co-organisation de journées de plaidoyers en faveur du repositionnement aux instances de prise de décisions. Il s’agira de promouvoir l’unité entre les parties prenantes pour assurer l’autonomisation des femmes à travers les points focaux. »

 

Pour elle « Le plus grand défi pour l’Afrique c’est  d’exhorter les jeunes (garçons et filles) vers un leadership émergeant en encourageant un alignement des priorités des jeunes pour mieux réussir leur mission – encourager la solidarité dans l’état d’esprit. »

 

Le porte-parole du service Genre et Equité du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Monsieur Laye Kourouma dira : « En Guinée, cette année le gouvernement à travers le Ministre de l’Action Sociale de la Promotion et de l’enfance en concertation avec les acteurs au développement a retenu un thème national intitulé « Acquis et perspectives de l’autonomisation des femmes à travers les mutuelles financières des femmes africaines (MUFFA). »

 

Selon les statistiques du Ministère la proportion des enseignantes-chercheures dans les IES publiques était de 5,73 % en (2015-2016). Dans les postes de prise de décisions à l’Enseignement Supérieur et la recherche Scientifique sur 157 postes,  15 seulement sont occupés par des femmes, soit 9,55 %.

En prenant la parole pour la circonstance, la représentante du Ministre de l’Enseignement Supérieur, Mme Aïssatou M’Bara Diallo a indiqué ce qui suit : « Je voudrais avant tout, remercier les autorités de l’UGANC, son Antenne Genre et Equité ainsi que l’Association de Filles/Femmes de l’UGANC ‘AFFUGAN), pour l’organisation de cette rencontre qui rentre dans le cadre d’une série de conférences, programmée par le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique à l’occasion du mois de la femme. »

 

« La journée internationale de la femme donne l’opportunité de capitaliser les acquis  en matière de promotion et de protection des droits et de dégager des stratégies nouvelles pour lever les nombreuses barrières qui handicapent encore la pleine jouissance et le plein exercice du droit des femmes. Cette journée se veut également le lieu de reconnaissance du rôle et de la place combien importants de la femme dans la réalisation de progrès socioéconomiques de l’humanité et dans la construction d’un monde de justice sociale, de tolérance et de paix.» a-t- elle ajouté.

 

Elle a poursuivi en disant : « C’est pour toutes ces raisons que le 8 mars dernier, la mobilisation était de taille au Palais du peuple et aujourd’hui nous sommes à l’UGANC, pour célébrer cette journée qui nous permet de dresser un bilan sur ce qui est fait et ce qui reste à faire pour la participation effective des Filles/Femmes dans l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique.»

 

Madame Diallo a terminé son speech par le remerciement envers le Président de la République, Professeur Alpha CONDE pour les efforts inlassable qu’il ne cesse de déployer pour la promotion et l’autonomisation de la femme guinéenne.

Après cette intervention, la troupe culturelle de l’UGANC a présenté un sketch riche en couleur. Cette scène parlait d’un groupe de filles adolescentes qui étudiaient. Un jour le papa de l’une d’entre elle décide de lui donner en mariage à un homme qui est déjà marié, un ami de son père. Dans la même scène, les problèmes de notes sexuelles avaient été soulevés. C’était émouvant car, les acteurs étaient à la hauteur.

 

La rencontre a pris fin par une conférence animée par la vice-rectrice chargée de la recherche, Dr Mariama Béavogui sur les « Acquis et perspectives de l’autonomisation de la Femme dans l’Enseignement supérieur et la Recherche Scientifique ».